Les cougars s’attaquent parfois aux mouffettes, et le gros chat dans ce cas semble légitimement intéressé par ce repas au début, en tout cas. Mais la moufette sort sa défense en offensive et envoie le cougar emballer: pas une fois mais plusieurs fois, car elle n’apprécie apparemment pas la curiosité continue du gros félin.

Tout cela est une démonstration remarquable du formidable arsenal anti-prédateur de la mouffette et de la confiance fougueuse qu’il prête à l’animal dans des confrontations avec des ennemis potentiels. De toute évidence, le musc puissant que la mouffette peut déployer à partir de ses glandes anales jusqu’à six mètres est le véritable humdinger parmi ses défenses: en plus de son odeur infâme, le musc peut également provoquer une brûlure ou une cécité temporaire lorsqu’il est pulvérisé dans les yeux d’un attaquant.